Corse d’hiver

Une petite escapade en Corse en décembre ne manque pas de charme. Sous le soleil radieux des jours, l’hiver se fait oublier. Sur les quais du port abrité, les terrasses sont animées, alors que les rues de la ville, presque désertes, laissent entrevoir une splendeur passée.

Flâner dans la Citadelle de Bastia offre une atmosphère étrange : une vue dégagée sur la mer si bleue, des rues désertes, pas une parole, pas un son hormis le grincement d’un portail ou d’un volet oscillant dans le vent, quelque part. Seuls des chats se prélassent ou passent, indolents.

Il faut regarder les vitrines décorées des boutiques, ou rester ébahie devant la mise en scène des différents rond-points pour se souvenir que Noël approche.

A la tombée de la nuit dans les rues de Corte, on peut rencontrer des ânes têtus proposant dans leurs paniers du blé de l’espérance, ou apercevoir autour d’un brasero un père Noël entouré d’enfants.

Et au matin le soleil, à nouveau, lumineux…

(Décembre 2018)

Publicités

Madère (1)

Madère aux parois nimbées de vert

En chemin vers la Caldeira Verde

En chemin vers la Caldeira Verde

Nature sans concession
Rudesse, et, parfois, douceur
Quand les roches se font draperies
Multicolores

La végétation s’accroche, sans vertige

Randonnée sur la côte nord-est

Randonnée sur la côte nord-est

Terre, Mer, Feu éteint dont la trace demeure,
Choc des titans, forces colossales qui se sont affrontées
Pour offrir ces pics et ces falaises d’où le randonneur
_si petit_ a l’impression d’être au-dessus du monde _si haut !

(Aout 2018)

Vilaine

Tranquille Vilaine tu coules, paresseuse
Paisiblement suis tes méandres
A tes côtés le chemin de halage, fidèle

La Vilaine, Le Boël

Vilaine tranquille tu montes, parfois
Embrasser le chemin de halage à tes côtés
Jusqu’à frôler les champs de blés, couchés

La Vilaine, Le Boël

Trompeuse tranquillité, Vilaine
Affirment les repères de crues
Tu peux être vilaine, Vilaine…

La Vilaine, vers le Boël

Mais aujourd’hui suivre le chemin
De halage à tes côtés
Est paisible et serein, sous le soleil d’été !

La Vilaine, Le Boël

(juin 2018)